Les Réserves naturelles de France ont publié une nouvelle étude, qui confirme l’effet positif des aires protégées pour les populations d’oiseaux.

Passer domesticus (©Julien Preud’homme)

 

Cette étude a été réalisée en 2019, grâce au programme STOC (Suivi Temporel des Oiseaux Communs), fondé et porté par le Muséum national d’Histoire naturelle au sein du programme Vigie-Nature.

Les conclusions de cette étude nous encouragent à continuer à protéger des espaces pour la faune et la flore.

 

  • Alors que les populations d’oiseaux communs ont diminué de 6,6 % en moyenne en France métropolitaine entre 2004 et 2018, elles ont sur la même période augmenté de 12,5 % dans les Réserves naturelles ;
  • L’effet positif des Réserves naturelles est particulièrement élevé pour ce qui concerne les oiseaux forestiers, dont les populations y ont augmenté de 47,8 % sur la période, contre un déclin de 1,2 % hors Réserves ;
  • La tendance est également relativement stable dans les Réserves en ce qui concerne les oiseaux inféodés aux milieux agricoles (+ 5,7 %), alors que ces espèces particulièrement vulnérables aux pratiques intensives déclinent fortement sur la période (- 32,3 %).

Cette étude a été réalisée sur la base de suivis effectués dans 94 réserves, sur plus de 200 espèces communes.

Vous trouverez dans le communiqué de presse de Réserves naturelles de France, plus de détails sur cette étude et ses résultats.