Torgny (Raymond Mayné)2018-11-07T15:59:08+00:00

Description du projet

Torgny (Raymond Mayné)

La réserve naturelle « Raymond Mayné » se situe à l’extrême Sud de la Belgique, aux abords du beau village de Torgny, sur le versant méridional de la Cuesta bajocienne. Cette région, la Gaume, est appelée la « Provence belge » en raison de son micro-climat particulièrement chaud et sec. D’une richesse biologique extraordinaire, il s’agit d’une des premières réserves naturelles créées en Belgique et la première par Ardenne & Gaume en 1942. Elle porte le nom du premier président de l’association qui contribua grandement à la connaissance des richesses de la région et à leur protection.

La végétation est essentiellement composée de pelouses sèches très ensoleillées entrecoupées de fourrés arbustifs, ayant pris pris place dans les anciennes carrières qui occupent une part importante du site. La diversité floristique est exceptionnelle, avec la présence de nombreuses espèces rares voire exceptionnelles dans notre pays. On note entre autres la présence de l’anémone pulsatille (Pulsatilla vulgaris), l’orobanche du thym (Orobanche alba), la gentiane ciliée (Gentianella ciliata) et de nombreuses espèces d’orchidées parmi lesquelles l’orchis militaire (Orchis militaris), l’orchis bous (Himantoglossum hircinum), l’orchis grenouille (Coeloglossum viride), l’épipactis de Müller (Epipactis muelleri) ainsi que les quatre ophrys de Wallonie.

La faune se distingue par l’abondance d’insectes méridionaux comme le criquet à ailes bleues (Oedipoda caerulescens), le fluoré (Colias alfacariensis), l’azuré bleu-céleste (Polyommatus bellargus), la petite violette (Boloria dia), etc. Mais les deux insectes-stars sont sans conteste la mante religieuse (Mantis religiosa) et la petite cigale des montagnes (Cicadetta montana s.l.). Les autres groupes ne constituent toutefois pas la parent pauvre du site avec la présence du loir (Glis glis), de la pie-grièche écorcheur (Lanius collurio), de l’hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta), de l’alouette lulu (Lullula arborea)  et du rare lézard des souches (Lacerta agilis). Impossible bien sûr de citer toutes les raretés de la réserve tant elles sont nombreuses !

La recolonisation par les ligneux est très dynamique et doit être contenue par des débroussaillages réguliers afin de pouvoir conserver les pelouses dans leur état richement fleuri. Certaines parcelles de la réserve sont en outre gérée par le pâturage d’un troupeau de chèvres de race Lorraine, une race rustique menacée originaire du Nord-Est de la France.

La réserve de Torgny est accessible au public via un sentier qui la traverse de part en part.

Bibliographie : SGIB n°43 – bibliographie

Caractéristiques

STATUT

Réserve naturelle agréée (arrêté du 6 octobre 1988) SITE LCN 6600

SGIB ASSOCIÉ

SGIB n°43

ANNÉE DE CRÉATION

1942

SUPERFICIE

06ha 31a 00ca

CONSERVATEUR

Jean-Luc Renneson – contacter le conservateur 0494 50 08 72

Cartographie

Pin It on Pinterest