Plombières2018-11-06T09:37:27+00:00

Description du projet

Plombières

Le site minier de Plombières est situé dans le nord-est de la province de Liège, dans la vallée de la Gueule non loin des trois frontières. Il est constitué par d’anciens dépôts des résidus provenant de l’exploitation et de la transformation des minerais de zinc. Ces dépôts ont été colonisés par des plantes strictement liées à ce type de sol et que l’on qualifie dès lors de « calaminaires ». La plus connue de toute est certainement la pensée calaminaire (Viola calaminaria), qui fleurit en abondance toute la bonne saison, surtout entre fin avril et août.

Avec d’autres espèces de plantes rarissimes à l’échelle européenne, elle forme des pelouses calaminaires qui font la réputation internationale du site minier. Les autres métallophytes strictes présentes sur le site sont la fétuque calaminaire (Festuca ovina subsp. ophioliticola), le gazon d’Olympe (Armeria maritima subsp. halleri), le silène calaminaire (Silene vulgaris subsp. vulgaris var. humilis) et le tabouret calaminaire (Thlaspi caerulescens subsp. calaminare).

Les pelouses sèches richement fleuries attirent aussi de nombreux insectes rares dont certains sont menacés de disparition à court terme en Belgique. C’est ainsi que 245 espèces d’hyménoptères aculéates ont été recensés sur le site.

Ces inventaires datent de plus de trente ans, moment où les pelouses calaminaires étaient bien plus répandues. Ils mériteraient d’être réactualisés car on peut supposer que certaines de ces espèces sont désormais localement éteintes. Les papillons de jour intéressants se reproduisant sur le site sont le petit collier argenté (Boloria selene), l’azuré des anthyllides (Cyaniris semiargus), le point-de-Hongrie (Erynnis tages), le petit nacré (Issoria lathonia) et l’azuré de l’ajonc (Plebejus argus). Mais c’est un total de 31 espèces de papillons de jour qui ont été récemment recensés sur le site. L’avifaune comprend entres autres le gobe-mouche gris (Muscicapa striata), le martin- pêcheur d’Europe (Alcedo atthis), la bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea), le cincle plongeur (Cinclus cinclus) et le héron cendré (Ardea cinerea).

En l’absence de gestion, de grandes surfaces de pelouses calaminaires se sont lentement reboisées et ont ainsi perdu leurs richesses botaniques au fil des années. Les premières restaurations ont eu pour objectif de faire reculer certaines lisières forestières et d’éclaircir d’autres secteurs des zones boisées. Les premiers résultats du déboisement furent très encourageants puisque des tapis de pensées calaminaires sont réapparus là où les bouleaux les avaient fait disparaître. Les pelouses sont maintenant entretenues par fauchage périodique avec exportation du produit de fauche, tout comme certaines friches non calaminaires mais richement fleuries présentes sur le site. Certaines zones boisées seront, elles, laissées à leur libre évolution et des arbres isolés seront aussi maintenus en place.

La réserve est accessible sur les sentiers à tout moment.

Bibliographie : SGIB n°354 – bibliographie

Caractéristiques

STATUT

Réserve naturelle agréée (arrêté du 4 mars 2004) SITE LCN 375

SGIB ASSOCIÉ

SGIB n°354

ANNÉE DE CRÉATION

1998

SUPERFICIE

11ha 23a 12ca

CONSERVATEUR

Damien Ertz – contacter le conservateur 0497/23.39.26

Cartographie

Pin It on Pinterest