Les Carnets des Espaces Naturels n°2, consacré aux sciences participatives en Wallonie, sortira bientôt de presse. Que fait-on de vos données naturalistes ? Découvrez-le en lisant notre dossier thématique de 18 pages dans les Carnets des Espaces Naturels, accompagné d’une foule d’autres articles sur l’atlas de la Flore de Wallonie en préparation, nos réserves naturelles, les associations wallonnes actives dans la conservation de la nature,…

Pour recevoir les Carnets des Espaces Naturels n°2, nos autres publications (Parcs & Réserves), et de nombreux avantages (entrée gratuite au Parc de Furfooz, participation à nos activitiés…), il suffit de se faire membre (par virement ou en ligne) ici.

* * *

Depuis des dizaines d’années, des naturalistes avertis, passionnés, récoltent des données biologiques. Depuis les premières bases de données au début des années 1990 et avec l’avènement des portails d’encodage de données en ligne, ce sont maintenant plus de 10 millions d’observations qui sont disponibles pour la Wallonie !

Ces données sont une précieuse source d’information, qui permettent aussi bien de faire des bilans de la biodiversité, d’identifier des enjeux prioritaires de conservation, ou de modéliser la répartition d’espèces en fonction de facteurs écologiques, que d’orienter l’action politique en matière de conservation de la nature et d’aménagement du territoire.

Cette logique de « sciences participatives » ou « citoyennes » se développe de manière importante depuis une vingtaine d’années. Pour répondre pleinement aux potentialités sociales et scientifiques de ce type de projet, il est nécessaire d’être attentif à de nombreux aspects que nous détaillons dans ce numéro des Carnets des Espaces Naturels.

En Belgique, comme à l’étranger, de nombreuses initiatives ont vu le jour dans différents domaines, mais plus particulièrement dans celui des sciences naturelles. En Wallonie notamment, le rôle des associations en la matière est essentiel et Ardenne & Gaume soutient activement ces initiatives. Plus on disposera de données pertinentes sur la biodiversité, mieux on la connaîtra, plus on pourra identifier des solutions dans l’intérêt de tous les acteurs des paysages ruraux et urbains et de l’ensemble de la société.