Un article scientifique conclut que l’inefficacité de la politique de préservation de la biodiversité n’est pas due à un manque de connaissances, mais bien à un manque de décisions politiques !

En quinze ans, presque 13 000 articles de recherche ont été publiés dans les principales revues dédiées aux sciences de la conservation. Pourtant, la biodiversité reste menacée partout dans le monde. Deux chercheurs du CNRS se sont penchés sur ce paradoxe inquiétant en décortiquant cette riche littérature. Selon eux, l’un des obstacles majeurs serait la recherche constante d’arbitrages plus favorables aux activités humaines qu’à la protection de la nature.

Mais que fait la recherche ? Alors que la sixième extinction de masse perdure et s’accélère, les sciences de la conservation n’auraient toujours pas trouvé de solution ? Pire encore, pour certains, les chercheurs seraient même trop pessimistes, au point de rendre contre-productives les alertes qu’ils lancent. Vraiment ?

La nouvelle sur le site du CNRS disponible ici, et l’article de recherche sur la page personnelle d’un des deux chercheurs, Laurent Godet, disponible ici. Cette étude a été publiée le 10 septembre 2018 dans Trends in Ecology and Evolution.